l’éducation au Sénégal

 L’éducation au Sénégal 

Les infrastructures élémentaires manquent : toilettes, eau potable, bibliothèques, cantines, matériel pour les expériences scientifiques, infirmeries. 

Le premier degré est bâti sur le modèle français avec quelques adaptations importantes. 

Les postes d’enseignants sont pourvus par le ministère. Ils ont un statut comparable aux fonctionnaires français, recrutés par concours, rémunérés exclusivement par l’Etat sénégalais, même si les salaires sont très bas.

Les classes maternelles sont  rares. Le cours préparatoire est dédoublé sur 2 ans, ce qui donne une école élémentaire en 6 ans.

L’ enseignement en grands groupes est la règle.  Les enseignants, encadrés par une administration rigoureuse, sont généralement porteurs d’un idéal de progrès et d’émancipation par l’école.

Les inspecteurs sont très présents et la moitié d’entre eux ne fait que du conseil pédagogique.

L’absence de transports aisés augmente considérablement les temps de déplacement et rend très aléatoire la scolarisation pour tous.

 

 wandie-1006--2-.jpgune classe construite par l’association

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *